Pardonner, un acte égoïste?


Suite à mes consultations, j'ai vu que le thème du pardon est très important chez de nombreuses personnes. Nous avons tous quelqu’un qui nous a blessés dans la vie. Comment faire après ? Qu'est-ce que ça veut dire « pardonner » ? Oublier ? Accepter ? Aimer ? Comment est-ce possible si les actes de l'autre sont graves? Pardonner nos parents, nos partenaires, nos proches… même après ce qu’ils ont fait ?

Qu'est ce que l'on fait quand on ne pardonne pas? En majorité des cas nous excluons la personne, nous coupons les contacts, les liens, et nous souffrons intérieurement.Ce qui est important, c’est de faire la différence entre le pardon (le processus de libération intérieure) et la réparation de la relation. Parfois les deux sont confondus et la croyance que « si je pardonne, je dois reprendre le contact…» s’installe. Il est plus facile de garder les blessures et les rancœurs pour justifier la distance que nous allons mettre en place.

Or, vous pouvez pardonner et vous avez le droit de ne pas rétablir cette relation en même temps. Quand vous pardonnez, vous le faites pour vous. Quand vous avez véritablement pardonné, le fait de parler ou de penser à cette situation spécifique ne vous fait plus souffrir, et si vous croisez cette personne, vous êtes capables de la regarder dans les yeux en étant en harmonie avec vous-mêmes.

Garder les blessures, chouchouter sa propre souffrance, laisser les émotions négatives prendre le dessus, empoisonner et contrôler votre vie, vos pensées et votre corps, est-ce un chemin vers le bonheur et l’épanouissement ? Un proverbe russe dit que garder les rancœurs c’est prendre le poison en espérant que c’est l’autre qui va mourir. Alors pourquoi porter le poison dans votre cœur, votre esprit et même votre corps ?

Quand nous réalisons que le pardon, c’est notre propre processus intérieur, et qu’il n’y a pas de place pour une autre personne, vous acceptez votre propre guérison, vous vous permettez de ne plus souffrir et d’être libre de cette croyance, que le pouvoir de vous rendre heureux ou malheureux est dans les mains des autres. Quand vous pardonnez, vous arrêtez de prétendre être le juge, vous relâchez vos attentes envers l’autre. Vous n’oubliez pas, mais vous ne donnez plus d’importance, de vos forces et votre énergie à cette situation. Pardonner, ça ne veut pas dire valider et accepter le comportement de l’autre, ça veut dire arrêter sa propre souffrance.

Aujourd'hui je voudrais partager avec vous la technique extrêmement efficace du pardon. C’est un processus, une méditation, une libération. Il vous faut du temps pour vous, être seul(e), papier, stylo, mouchoirs. Il s’agit d’écrire une lettre que vous n’allez jamais poster, et où vous allez mettre TOUT ce que vous ressentez et portez dans votre cœur. Une lettre à votre mère, à votre père, à votre enfant, à votre conjoint, à votre patron, ami… Cette personne qui vous a blessé… Vous commencez par :

1. Je suis en colère contre toi parce que…. Sortez TOUT, tous les reproches, les gros mots, la violence qui a resté coincée, les larmes, libérez-vous de cette colère et de cette tristesse.

2. J’ai mal parce que… Prenez conscience de votre souffrance, si elle se transforme en larmes, pleurez, laissez vos tensions sortir. Mettez sur le papier tout ce que vous ressentez, toutes les douleurs.

3. Je suis déçu(e) que…

4. Je suis triste parce que …

5. J’ai peur que… Pour quoi les actes ou les mots de cette personne vous ont blessés ? Quel est le point d’accroche ? Votre point faible chez vous ? De quoi aviez-vous peur ? (Voyez mon article sur les peurs)

6. Je regrette que… Prenez la responsabilité pour vos propres actes, mots et pensées… Avez-vous choisi d’être une victime en invitant l’autre à être votre persécuteur ? Avez-vous joué le sauveur là où personne ne vous a demandé de vous sacrifier ? Avez-vous accepté d’être la victime, le sauveur ou le persécuteur de l’autre ? Y’a-t-il des choses que vous auriez pu faire autrement ?

7. Je te remercie pour… Il y a toujours de bons souvenirs, des choses que nous avons appris avec cette personne, cette situation ou cette organisation… Qu’est-ce que vous allez prendre de bon avec vous ?

8. « Je dis Adieu à mes souvenirs négatifs et je garde avec moi que des bons souvenirs. » Je te relâche avec amour… s’il s’agit de quelqu’un avec qui la relation est finie ou la personne n’est plus là. Je t’aime… si c’est votre conjoint, votre enfant, votre parent…

Une de mes clientes a fait cet exercice avec l’accompagnement des huiles essentielles (« Forgiveness » Pardon, « Acceptance » Acceptation de Young Living) et nous avons décidé de la détruire avec un destructeur de documents et de l’envoyer. Le destinataire était son ancien employeur. Le changement de son état et de son parcours professionnel et personnel a été impressionnant après avoir relâché cette souffrance.

Pardonnez, soyez libres !

#pardon #commentpardonner #souffrance #dépression #burnou #burnout #olfactotherapie #huilesessentielles

Posts à l'affiche
Posts Récents